Vercors Telemark
Accueil du site > Activités > L’escapade Gessienne

L'escapade Gessienne

2, 3 et 4 février 2018 à Lélex

lundi 5 février 2018, par Michel

Les Jurassiens ils n’avaient pas fait les choses à moitié pour nous vendre du rêve : une journée complète d’entraînement la veille du week-end du Telemark Tour à Lélex, la vue sur le Mont Blanc et le Lac, avec même le ticket des remontées offert !

La Team de VTk a bondi sur l’occasion : mot d’absence pour la (seule, snif !) coureuse qui nous reste, le matos dans la Dacia, et départ jeudi soir de Die à la sortie des cours. 3 heures plus tard, on découvre le Jura : c’est sympa, ça ressemble à la maison (bon en un peu moins, bien, évidemment), avec des hêtres, des routes qui s’effondrent et des falaises de calcaire (et nous le calcaire on aime ça).

JPEG - 239.1 ko

Vendredi matin on se retrouve tous en bas des cabines, et c’est parti. Le temps est moins pessimiste que les prévisions, et arrivés en haut du téléski c’est un mâgnifique panorama qui nous attend comme promis, avec Mont Blanc au fond et lac de G’nève en bas. Ça doit pas être si fréquent qu’on voie tout ça parce que les locaux avaient l’air contents qu’on l’ait vu (y’en a même qui faisaient des photos !).

JPEG - 205.6 ko
JPEG - 230.8 ko

Hop ça trace, ça bricole le loom, seul le tremplin restera inaccessible : il a fallu attendre la dameuse pour le reprendre, il était tombé 40 cm de belle neige fraîche la veille et la nuit. Arthur et Prune à la reco, moi je m’échappe trafoler sous les épicéas en mode Bon appétit. Merciiii !

JPEG - 208.9 ko

On passe la matinée et un bout d’après-midi à tailler dans le parcours avec les autres clubs (Samoëns, Pra Loup, les Suisses et les Anglais sont là aussi). Prune fait un super crash test du loom, mais je n’ai pas appuyé sur le déclencheur à temps, faudra me croire sur parole ! 15h, on ne va pas se faire mal non plus, y’en a qu’ont du boulot, des skis à préparer... on redescend paisible sur la grande bleue de Lélex (et on termine par la noire pour se finir, quand même).

JPEG - 350.3 ko
JPEG - 97.2 ko
JPEG - 234.5 ko

Samedi matin, bien avant 8h on se retrouve à la table des inscriptions sous la gare de la télécabine. Bonne surprise, le coach et l’accompagnateur ont droit à leur ticket de remontées mécaniques (y’a du bon partenariat là-dessous : bravo !) Là le temps est bien plus conforme : brouillard, -10°C. La vue du départ n’est pas très engageante, à la reco la piste est plus impressionnante que la veille, va falloir s’accrocher dans le mur...

JPEG - 137.6 ko

Surprise à la cabane de départ : il manque un ouvreur ! Heureusement, Arthur est là, il a un casque, des skis de rando au pieds, des meidjo 2.0 entre les deux : ça va faire l’affaire. Même pas le temps d’avoir peur qu’il se retrouve dans la cabane face au portillon. Enfin c’est l’heure du départ pour Prune, je récupère ses affaires à la hâte et descends sur le parcours pour voir un bout de son passage et tenter deux photos. Première partie du parcours, ça passe, je peux encore la voir s’engager dans la porte d’entrée du mur puis elle disparaît derrière la cassure... pour moi c’est derby épicéa jusqu’en bas... ouf, elle y est aussi, entière. On regarde la fin de la manche avec les grosses cuisses qui passent, les Théo qui font le show, pis aussi les Suisses et les anglofrançois : ça fait de la poussière dans le loom.

JPEG - 181 ko

Reco de la seconde manche sous le soleil, ahh ça détend un peu. Mais le départ sera donné dans le brouillard une fois de plus. Prune se lâche au tremplin, mais n’atteint toujours pas la ligne, pas grave, l’essentiel c’est d’essayer. On se régale une fois de plus à regarder la fin de la manche, et on se marre bien grâce au speaker qui n’en rate pas une.

JPEG - 217.3 ko

C’est pas tout ça, il fait froid, il fait faim, on file au resto. Grosse queue évidemment, y’a toute la course, ça cause des résultats à la coupe du monde en train de se dérouler. Enfin on mange et on boit un café bien mérité Arthur et moi, en constatant que mince la remise des prix a commencé. Bon tant pis on sera un peu à la bourre. C’est à ce moment là qu’on entend dans la sono qu’ils appellent le podium des U18, et que la troisième vient de Corrençon arrrghhghgh... Prune se tape 100m de sprint pour rejoindre le podium, Arthur et moi derrière. Repatatras, c’est aussi à la première U18 qu’ils veulent que je remette l’invite à la Calcaire... vas-y que je fouille dans le sac pour choper l’enveloppe, et que c’est à mon tour de courir, moqué par le speaker qui n’a rien perdu de notre panique. C’est Julie Bourbon qui reçoit la première invite à la Calcaire de la saison.

JPEG - 265 ko

Dimanche, ils nous refont le coup de la carte postale, l’arrivée en haut du Montoisey est juste sublime. Le brouillard reviendra un peu en cours de journée bien sûr, mais tout de même, ils ont le sens de l’accueil les jurassiens.

JPEG - 216 ko

Maintenant on connaît la musique : reco, Arthur à l’ouverture, Prune dans la course, moi au vestiaire... la seule nouveauté c’est le Battery Empty de l’appareil photo, forcément au bout de trois jours... Deuxième manche, Arthur ouvre et remonte avec le sentiment du travail accompli : il a tout bien fait, explosé une porte, et s’est fait plaisir sur le super tracé. Euh, non en fait : une interruption de course un peu longue nécessite une nouvelle ouverture, et il s’y recolle de bon cœur. À son tour Prune fait un super départ, dynamique et tout, stoppée au bout de 5 portes à cause de la chute du coureur précédent dans le loom en bas. Elle aussi est bonne pour remonter. Deuxième départ, elle s’accroche, un peu sur la défensive mais confirme son temps de la première manche.

JPEG - 207.6 ko

Ce coup-ci on ne se fait pas avoir, on mange un peu plus vite en compagnie d’Obeline, Théo, les Dixon... et j’arrive à temps pour la remise, car j’ai encore une invite à remettre, ça sera pour un garçon cette fois. Du coup je me fais aussi embaucher pour remettre des prix, pis quand arrivent les U18, ah ben encore surprise, la troisième c’est toujours Prune ! Je m’échappe du staff pour aller faire cette photo :

JPEG - 228.8 ko

Et puis il y aura aussi celle-ci du club de Pra Loup, le club le plus lointain de la course.

JPEG - 233.4 ko

Fatigués et repus, pleins de soleil et de belles images, on redescend comme des balles à la station en mode bande furieuse, c’était bien drôle.

Merci les gessiens pour votre accueil et votre bonne humeur, vive le telemark et ceux qui en font, c’était juste bon !

Prochaine étape, La Chapelle d’Abondance.

Portfolio

P2020016 P2020018 P2020229 Obeline Loom P2020255 P2020345

Ajouter un commentaire


 
SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site | Retour en haut de page